Allocution du Ministre à l’ouverture de la journée d’étude sur la lutte contre le dopage

Allocution du Ministre à l’ouverture de la journée d’étude sur la lutte contre le dopage

Le thème, objet de notre rencontre aujourd’hui revêt une importance particulière compte tenu du fait qu’il constitue d’une part, un élément  fondamental et structurant du sport d’élite et de haut niveau et d’autre part, la protection de la santé des sportifs en général.

Dans cet esprit, la signature de la lettre d’entente du code national antidopage objet de nos travaux, signifie que l’ensemble des acteurs sur la scène sportive accepte et respecte les principes du code mondial antidopage tant dans les compétitions internationales que nationales.

Consacrée  avec force  par la loi n°13-05 du 23 Juillet 2013 relative à l’organisation et au développement des activités physiques et sportives, qui réserve la prévention et la lutte antidopage, pas moins de 08 articles et 03 dispositions pénales qui ne font que traduire la volonté des pouvoirs publics d’assurer l’efficacité de la lutte antidopage.

Ces derniers temps, et à la suite de cas avérés et constatés de dopage, la situation doit interpeler tout un chacun à travers l’implication, la responsabilisation et la mobilisation de l’ensemble des structures et parties concernées, y compris la presse et lesMédias dont la mission d’information joue un rôle central de catalyseur dans le renforcement de l’éthique sportive et la lutte contre le dopage.

Aussi, en vue d’éradiquer ce fléau, notre pays a ratifié en 2005 la convention mondiale contre le dopage de l’UNESCO, qui stipule notamment dans son article 3 que les états parties s’engagent à adopter les mesures appropriées au niveau national et internationales qui soient conformes aux principes énoncés dans le code mondial antidopage, dont la troisième version en vigueur depuis le 1er Janvier 2015 vise à renforcer l’efficacité des contrôles et à élargir la gamme des sanctions, en obligeant les fédérations nationales à coopérer avec les autorités publiques dans le cadre des enquêtes antidopage et d’autre part, à étendre les possibilités de sanctions à l’encontre de l’entourage des sportifs en cas de complicité avérée.

Face à ce fléau, le Ministère de la Jeunesse et des sports a entrepris plusieurs actions en relation avec la commission nationale antidopage (CNAD) par l’envoi de 03 techniciens pour une formation en contrôle antidopage au Portugal ainsi que la formation d’agent d’éducation et d’agent de contrôle antidopage ayant concernés 57 médecins exerçant au niveau des structures sous tutelles des 48 wilayas.

Afind’accroitre d’avantage la prévention et la lutte contre ce fléau,  le ministère de la jeunesse et des sports a déjà prévu d’autres actions comme :

-La création de l’Agence Nationale Antidopage consacrée par la loi 13-05 du 23 Juillet 2013, laquelle a pour mission de coordonner et de mettre en œuvre  les contrôles antidopage et en dehors des compétitions  dans le respect du code mondial antidopage.
-la mise en service prochaine du Laboratoire National Antidopage.
-L’organisation en relation avec les structures concernées (COA, Fédérations, Ligues, Clubs, Presse et Medias) d’actions permanentes de sensibilisation  contre ce fléau afin de Protéger les vertues morales et l’éthique du sport.

Pour cela, je vous demande de conjuguer vos efforts, de travailler ensemble et de coopérer avec la commission nationale antidopage afin de donner toute son efficacité à notre engagement en matière de lutte contre le dopage.

 En outre il est impératif de mener des compagnes de sensibilisations à même d’impliquer les sportifs eux-mêmes et qu’ils  soient davantage associés à éradiquer ce fléau.

Encore une fois, Je vous remercie de votre plein engagement et de votre entière collaboration dans la protection de la santé de nos sportifs et je vous invite à procéder de ce fait  à la signature de la lettre d’entente sur les règles anti-dopage.