Accueil » Le Ministre

Mise au point du Ministère au Quotidien Liberté.

Suite au billet paru dans le radar de Liberté ce samedi 17 juin 2017 sous le titre fallacieux « décision du CIO en faveur de Berraf", le MJS incite les fédérations sportives à la rébellion», le Ministère s’insurge contre cette information dénuée de tout fondement et les propos tendancieux , graves  voire diffamatoires imputés au Ministère de la jeunesse et des sports, tendant à tromper l’opinion publique quant au différent entre le Président controversé du Comité Olympique Algérien et les Fédérations sportives nationales. D’autre part, nous rappelons à l’auteur du billet que la seule tutelle du sport algérien à travers les Associations sportives, les  clubs, les ligues, les fédérations et le COA), reste le Ministère en charge des Sports, conformément aux lois de la République et notamment, la loi 13 05 relative à l’organisation et au développement des activités physiques et sportives.

Le Comité international olympique (CIO) a tranché, mercredi dernier, en faveur de Mustapha Berraf, en statuant sur la régularité de son élection pour un nouveau mandat à la tête du COA (Comité olympique algérien), déboutant ainsi les quatre fédérations sportives qui ont introduit un recours mettant en cause la procédure de vote. Pour autant, le ministre de la Jeunesse et des Sports ne veut pas lâcher le morceau. Le lendemain de la diffusion de cette information, soit jeudi, il a chargé le secrétaire général du ministère et un directeur central de réunir, au Creps de Ben-Aknoun (Centre d’éducation physique et de sport), les présidents des fédérations sportives. Il leur a été demandé, selon nos sources, d’introduire un second recours auprès des instances internationales et surtout de faire bloc contre la direction du COA. En clair, le MJS incite ces fédérations à la rébellion contre le comité, qui incarne, dans l’absolu, leur tutelle. La démarche est assurément incongrue, ne serait-ce que par la propension du MJS à vouloir obtenir de la majorité des présidents des fédérations un reniement de leur vote en faveur de Mustapha Berraf. Et ce, au-delà de ce qui est déjà compris comme une ingérence dans le fonctionnement d’organismes relevant d’instances internationales. À noter que le CIO avait menacé l’Algérie de suspension de toutes les disciplines sportives si l’ingérence des pouvoirs publics se poursuivait.